Substitution, 20 ans de labeur

Génériques

En 20 ans, les médicaments génériques ont littéralement envahi le marché pharmaceutique français grâce la substitution du pharmacien d’officine. Non sans difficultés.

Publié le 13 décembre 2019

Substitution, 20 ans de labeur
Entre la méfiance des patients, la réticence des médecins, la croissance de ce marché n’a pas jusqu’ici été un long fleuve tranquille. Et ce n’est pas fini ! Qui l’aurait cru à l’époque ? Au moment du lancement du droit de substitution en 1999, personne n’aurait parié sur l’avenir du générique ! Les médecins n’en voulaient pas, les discussions au sein de la profession portaient davantage sur la « petite substitution » (entre spécialités génériques) que sur la « grande substitution » (entre un princeps et un générique). Véritable exception européenne, la France est restée longtemps à la traîne de l’Europe. Le marché français du générique n’a véritablement démarré qu’en 1999, année de l’attribution au bénéfice du pharmacien d’officine du droit de substitution. Depuis le 12 juin 1999, celui-ci a tout changé dans l’économie de l’officine et a permis au pharmacien de se positionner comme acteur du système...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site pharma365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite
Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Côté médicament
  • Je m’informe