PDA en ambulatoire, difficile à mettre en oeuvre

EQUIPEMENT

Le développement de la préparation des doses à administrer (PDA) en ambulatoire ne connaît pas le même succès qu’en EHPAD. Si les patients à domicile ont du mal à y venir, ceux qui ont accepté de basculer sur ce mode de dispensation ne le regrettent pas.

Par Hadrien Donnard, publié le 24 janvier 2019

PDA en ambulatoire, difficile à mettre en oeuvre
C’est un paradoxe typiquement français. La préparation des doses à administrer (PDA) n’a toujours pas de cadre officiel, mais suscite des vocations chez les pharmaciens. Même en l’absence de textes réglementaires (décret, arrêté sur l’arrêté de bonnes pratiques de la PDA…),cette activité a le vent en poupe, les pharmaciens ayant pris conscience que, à l’heure des services, la PDA apporte une plus-value et permet de rester compétitif. Parmi les officines qui se sont lancées dans l’aventure de la PDA en ville, les retours d’expériences sont concluants ou mitigés. Les réactions des clients et de leur entourage sont globalement positives. Nous avons interrogé trois titulaires qui ont tenté l’expérience. Lire le dossier Jacques...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site pharma365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite
Dans la même rubrique
  • J'améliore mon back-office
  • Je gère mon officine
  • Actualités
  • J'améliore mon back-office
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe
  • Actualités
  • J'améliore mon back-office
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe