Négociations et réunions multilatérales à la CNAM : très déçu !

La récente réunion entre l'Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine (USPO) et la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie (CNAM) s'est terminée sur une note de désaccord marqué, soulignant les divergences profondes concernant l'évolution de la rémunération des pharmaciens. Alors que les attentes étaient orientées vers une reconnaissance accrue de la profession et une amélioration des conditions économiques, les propositions de la CNAM ont été perçues comme insuffisantes, conduisant à un appel fort à la grève le 30 mai.

Par Thomas Kassab, publié le 14 mai 2024

Négociations et réunions multilatérales à la CNAM : très déçu !
Évaluation des résultats de la négociation Les négociations avec la CNAM étaient axées sur l'ajustement de la rémunération des pharmaciens, prévoyant une clause de revoyure en 2026 pour pallier les effets de l'inflation ou d'autres facteurs économiques imprévus. Toutefois, la proposition a été jugée insatisfaisante par rapport aux demandes du secteur, qui subit une pression croissante due aux coûts opérationnels et aux exigences de service toujours plus élevées. Les pharmaciens, en tant que pilier central du système de santé, estiment que la valorisation proposée par la CNAM ne correspond pas à la complexité et à l'importance de leur rôle. Réaction et positionnement des syndicats La réaction des syndicats traduit une volonté ferme de défendre les intérêts de la profession. En qualifiant les offres de la CNAM de "très décevantes", l'USPO a clairement positionné la profession dans une démarche de négociation exigeante et...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site pharma365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite