« J'ai les jambes lourdes » : que conseiller en officine ?

Avec près de huit millions de personnes touchées en France, représentant plus de 30 % de la population, l'insuffisance veineuse chronique constitue un enjeu majeur de santé publique. Cette affection est marquée par une prépondérance chez les femmes, où une sur deux est concernée, contre un homme sur dix, une différence attribuable en partie aux récepteurs d'œstrogènes dans le système veineux. Devant cette réalité épidémiologique, la prise de mesures exacte des dispositifs de compression veineuse est fondamentale pour un traitement adéquat.

Thomas Kassab, DU d'orthopédie et petit appareillage, publié le 23 mai 2024

« J’ai les jambes lourdes » : que conseiller en officine ?
Parle-t-on de « compression » ou de « contention » veineuse ? En phlébologie, le concept de contention fait référence à l'application de matériaux peu ou pas élastiques qui fournissent une résistance passive, optimale durant les périodes d'activité, créant une pression dite de « travail ». Cette résistance passive est réduite au repos, transformant la pression en une « pression de repos », ce qui justifie l'utilisation des dispositifs de contention, comme les bandes à élasticité limitée, uniquement pendant la journée. À l'opposé, la compression phlébologique est assurée par des matériaux hautement élastiques qui exercent une pression constante et adaptative, essentielle à la gestion des affections veineuses, que le muscle soit en action ou non. Cette caractéristique permet aux bas de compression, dotés de bandes à allongement long, d'accompagner le patient en fournissant une aide thérapeutique continue indispensable...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site pharma365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite
Dans la même rubrique
  • J'échange avec mon patient
  • Je me perfectionne