Nouvelles dispositions pour la prescription de biothérapies : ce que les pharmaciens doivent savoir

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a récemment annoncé une modification importante des conditions de prescription et de délivrance pour certaines biothérapies utilisées dans le traitement de maladies inflammatoires chroniques. Cette évolution réglementaire, effective depuis le 17 avril, concerne les biothérapies administrées par voie sous-cutanée.

Par Thomas Kassab, publié le 18 avril 2024

Nouvelles dispositions pour la prescription de biothérapies : ce que les pharmaciens doivent savoir
Jusqu'à présent, l'initiation de ces traitements devait être effectuée en milieu hospitalier par des spécialistes. Cependant, dans le cadre de la nouvelle régulation, l'initiation peut désormais être réalisée en ville par des médecins spécialistes. Cette décision s'appuie sur l'expérience acquise dans l’utilisation de ces biothérapies et leur profil de sécurité éprouvé. Biothérapies concernées  Les classes de médicaments concernées par cette modification incluent : Immunosuppresseurs tels que les anti-TNF (adalimumab, etc.), anti-IL (anakinra, canakinumab, etc.) et autres spécifiques (ustékinumab, abatacept). Autres : divers agents ciblant les interleukines comme l'IL-5 (benralizumab, etc.), l'IL-13, l'IL-4, ainsi que l'anti IgE (omalizumab) et l'anti-TSLP (tezepelumab). Quels changements pour les pharmaciens d'officine ? ...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site pharma365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite
Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Côté médicament
  • Je m’informe
goutte de collyre dans oeil, rupture Timoptol
  • Actualités
  • Actualités
  • Côté médicament