TFR et baisses de prix : une attaque frontale contre les pharmacies ?

Après avoir annoncé des réductions de prix sur plusieurs dispositifs médicaux, le Comité économique des produits de santé (CEPS) dévoile une nouvelle vague de baisses de prix et de mises sous TFR pour les médicaments génériques. Cette initiative, destinée à réaliser 65 millions d’euros d’économies pour l’assurance-maladie, est vivement critiquée par les syndicats pharmaceutiques, qui dénoncent une politique tarifaire « aberrante » menaçant l’accès aux médicaments et la viabilité des officines.

Par Thomas Kassab, publié le 06 juillet 2024

TFR et baisses de prix : une attaque frontale contre les pharmacies ?
Après l’annonce de réductions de prix sur des produits comme les pansements hydrocellulaires, les dispositifs d’autosurveillance de la glycémie et les orthèses, pour un total de 35 millions d’euros, le Comité économique des produits de santé (CEPS) a présenté aux syndicats pharmaceutiques une proposition de 14 pages visant de nouvelles baisses de prix et des mises sous tarifs forfaitaires de responsabilité (TFR) pour les médicaments génériques. Ces propositions suscitent de vives réactions dans le secteur. Un exemple particulièrement préoccupant concerne la Ritaline : « Nous avons signalé des ruptures sur les autres médicaments à base de méthylphénidate. Imposer un TFR à la Ritaline dans ces conditions serait contre-productif », ajoute Pierre-Olivier Variot. La réforme concernant les fauteuils roulants, que le ministère de la Santé souhaitait voir adopter avant un changement de gouvernement, prévoyant des baisses de tarif pour la location...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site pharma365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite