Rydapt, dans la leucémie aiguë myéloïde et dans la mastocytose

Sortie de la réserve hospitalière

Rydapt (midostaurine, Novartis) est un inhibiteur de tyrosine kinase.

Publié le 11 janvier 2022

Rydapt, dans la leucémie aiguë myéloïde et dans la mastocytose

Ce médicament est indiqué :
– dans le traitement des patients adultes présentant une leucémie aiguë myéloïde (LAM) nouvellement diagnostiquée avec mutation du gène FLT3, en association avec une chimiothérapie standard d’induction associant daunorubicine et cytarabine et une chimiothérapie de consolidation avec cytarabine à haute dose, suivie pour les patients en rémission complète, d’un traitement d’entretien par Rydapt en monothérapie ;
– dans le traitement des patients adultes présentant une mastocytose systémique agressive (MSA), une mastocytose systémique associée à une autre hémopathie maligne (MS-AHM), ou une leucémie à mastocytes (LM), en monothérapie.

 

La midostaurine est un inhibiteur de tyrosine kinase qui agit notamment sur les récepteurs c-KIT présents à la surface des mastocytes, ces récepteurs étant impliqués dans la régulation de la maturation, la prolifération et l’activation des mastocytes. In vitro, la midostaurine inhibe à la fois les récepteurs c-KIT porteurs de la mutation D816V, cette mutation étant retrouvée chez plus de 80% des patients atteints de mastocytose systémique et les récepteurs c-KIT non mutés mais dans une moindre mesure. Ainsi, la midostaurine interfère avec la signalisation anormale médiée par le récepteur c-KIT D816V et inhibe la prolifération, la survie et la libération d’histamine des mastocytes.

 

Rydapt est un traitement de première intention de la LAM en association à un protocole de chimiothérapie standard d’induction et de consolidation, suivi pour les patients en rémission complète et éligibles à la greffe de CSH d’un traitement d’entretien en monothérapie. La population cible pour cette indication est estimée à environ 850 patients par an.
Contre la mastocytose, Rydapt vient s’ajouter aux traitements spécifiques cytoréducteurs (hors AMM) comme l’interféron alpha (Roféron), la cladribine (Leustatine, Litak), la rapamycine (Rapamune) ou les inhibiteurs de tyrosine kinase (imatinib : Glivec ; dasatinib : Sprycel) et aux traitements symptomatiques comme les anti-histaminiques, les corticoïdes ou le cromoglycate de sodium. La population cible pour cette indication est de 20 à 30 nouveaux patients par an en France.

 

La posologie de Rydapt dans le traitement de la LAM est de 50 mg deux fois par jour. Rydapt est administré aux jours 8 à 21 des cycles de chimiothérapie d’induction et de consolidation puis, pour les patients en rémission complète, tous les jours comme traitement d’entretien en monothérapie jusqu’à la survenue d’une rechute pour une durée maximale de 12 cycles de 28 jours chacun.
La posologie de Rydapt dans le traitement de la MSA, MS-AHM et de la LM est de 100 mg deux fois par jour, le traitement étant poursuivi tant qu’un bénéfice clinique est observé ou jusqu’à l’apparition d’une toxicité inacceptable.

 

L’administration concomitante de Rydapt et d’inducteurs enzymatiques puissants (carbamazépine, rifampicine, enzalutamide, phénytoïne, millepertuis…) est contre-indiquée. Rydapt ne doit pas non plus être associé avec un inhibiteur puissant du CYP 3A4 tel que les antifongiques (kétoconazole), certains antirétroviraux (ritonavir…), les antibiotiques de la famille des macrolides (clarithromycine…) en raison d’un risque d’augmentation des concentrations plasmatiques de la midostaurine

 

Rydapt ne doit pas être administré durant la grossesse et l’allaitement. Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une méthode de contraception efficace pendant toute la durée du traitement et jusqu’à quatre mois au moins après l’arrêt. L’allaitement doit être interrompu pendant et au moins quatre mois après l’arrêt du traitement.
La prudence est requise en cas d’insuffisance hépatique ou rénale sévère.
Rydapt ne doit pas être administré en cas d’infection grave.

 

Les principaux effets indésirables rapportés sont les nausées, les vomissements, les diarrhées, les œdèmes périphériques et la fatigue. Sepsis, pneumonie et neutropénie fébrile ont été également fréquemment rapportés. Au niveau biologique, hyperglycémie, augmentation de la bilirubine totale, de la lipase, des ALAT et ASAT, diminution de la numération absolue des lymphocytes et du NAN ont été rapportés.
SMR important et ASMR mineure (ASMR IV) dans la LAM
SMR faible et absence d’ASMR (ASMR V) dans la MSA, MS-AHM et la LM
Rydapt 25 mg, boîte de 56 capsules molles
Prix (hors honoraires de dispensation) : 6 014,35 euros
Rydapt 25 mg, boîte de 112 capsules molles
Commande en direct auprès du laboratoire en appelant le numéro vert 0800 002 787.
Remboursement à 100%
Liste I
Prescription hospitalière, réservée aux spécialistes en hématologie, en oncologie, aux médecins compétents en maladies du sang ou en cancérologie, aux spécialistes en dermatologie ou en médecine interne
Médicament à surveillance particulière

 

P. J.

Dans la même rubrique