L’USPO élit un nouveau président

Syndicat pharmaceutique

Pierre-Olivier Variot prend la présidence de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). Avec une nouvelle équipe il portera les idées déjà défendues lors des élections pour les URPS pharmaciens.

Publié le 19 mai 2021

L’USPO élit un nouveau président

Le conseil d’administration de l’USPO a élu son nouveau bureau, pour les trois prochaines années. Après 10 ans à la tête du syndicat, Gilles Bonnefond passe la main, comme il l’avait annoncé il y a deux ans. Il conseillera le nouveau président, assistera aux négociations avec l’Assurance maladie et accompagnera la transition sur le terrain. « Nous avons besoin de sa vision avant-gardiste. Il restera notre aiguillon » assure le président élu le mardi 18 mai 2021.

Pierre-Olivier Variot a recueilli 59 voix sur 65 (6 abstentions). Il est entouré d’une équipe qui couvre 10 régions sur les 13 métropolitaines ainsi qu’un représentant ultra-marin. Quatre vice-présidents sont à ses côtés : Renaud Nadjahi (Île-de-France), Sonia Jouve (Auvergne-Rhône-Alpes), Catherine Hourtiguet (Nouvelle-Aquitaine) et Jean-Philippe Brégère (Nouvelle-Aquitaine).
Daniel Burlet est nommé au poste de trésorier et Sylvie Parent à celui de secrétaire générale.
Pierre-Olivier Variot est titulaire à Plombières lès Dijon, en Côte d’Or. Il a dévoilé ses projets lors d’une conférence de presse à l’issue du conseil d’administration qui l’a porté à la présidence de l’USPO : « nous allons pousser les mêmes idées que pour les élections URPS ».
Il défendra des évolutions du métier concernant la revalorisation et la réorganisation des gardes, la réforme de l’honoraire à la boîte, une rémunération juste pour la vaccination et les tests antigéniques, un élargissement des interventions pharmaceutiques pour valoriser le bon usage du médicament, le libre choix du patient pour le matériel médical, le remboursement de la médication familiale, la prévention… Sur cette dernière thématique, « les pharmaciens peuvent avoir un rôle crucial dans le dépistage du cancer colo-rectal en termes de recrutement des patients, de distribution des tests et de vérification de leur réalisation » détaille Pierre-Olivier Variot. Qui cite aussi la lutte contre le tabagisme : « il est aberrant que les pharmaciens soient les seuls professionnels de santé qui ne puissent faire prendre en charge les substituts nicotiniques pour les candidats au sevrage ».
Pierre-Olivier Variot ne souhaite pas renégocier l’actuelle Convention pharmaceutique qui courre jusqu’en mai 2022, contrairement au second syndicat de pharmaciens, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). « Elle est encore adaptée et la signature de simples avenants permettra de réagir plus vite en cette période où le directeur général de la CNAM est déjà débordé par les négociations avec les autres professionnels de santé ». Les discussions prévues aborderont la dispensation à domicile, la préparation des doses à administrer (PDA), le dépistage du cancer colo-rectal.
Pour assurer une présence accrue en régions, un référent local sera désigné dans chaque département.

J. S.

Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe
  • Actualités
  • Actualités
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe