Evolution du nombre de pharmaciens

Démographie professionnelle

L’organisation des soins doit tenir compte de la démographie des professionnels de santé. C’est pourquoi la Drees publie un dossier les évolutions démographiques des soignants entre 2012 et 2050.

Publié le 09 avril 2021

Evolution du nombre de pharmaciens

Ce dossier de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) accompagne la tenue de la première édition de la Conférence nationale de santé. Il établit un état des lieux des données actuellement disponibles sur la démographie présente et à venir des quatre professions concernées : médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et pharmaciens. Après une description des évolutions démographiques constatées sur les neuf dernières années, de 2012 à 2021, la Drees a procédé à des travaux de projection pour étudier les tendances démographiques à l’horizon 2050.

En effet la Drees souligne que « la démographie des professions médicales et pharmaceutiques est un enjeu central des politiques d’organisation de l’offre de soins : combien de professionnels sont disponibles pour apporter des soins à la population ? Combien le seront dans les années à venir ? Cette évolution répondra-t-elle à l’augmentation de la population et aux évolutions des besoins ? ».

À court terme, l’organisation des soins prend en compte la démographie actuelle des professionnels de santé : leur nombre, leur âge, leur mode d’exercice par exemple. À plus long terme, les capacités de formation sont un levier majeur des politiques d’offre de soins.

 

Côté pharmaciens

En ce qui concerne les pharmaciens, 72 200 sont en activité au 1er janvier 2021. Les effectifs se sont accrus de 2012 à 2016, puis ont diminué jusqu’en 2021. La composition de la population est très stable sur la période : deux tiers des pharmaciens en activité sont des femmes et la moyenne d’âge s’établit à un peu plus de 46 ans. Sous hypothèses de comportements et de législation constants, le modèle de projection des effectifs de pharmaciens montre une baisse légère jusqu’en 2027 (-2 % de pharmaciens inscrits à l’Ordre par rapport à 2021), puis une hausse, aboutissant à des effectifs en hausse de 12 % par rapport à 2021 à l’horizon 2050. Cette tendance se retrouve pour l’ensemble des officinaux, titulaires et salariés, qui regroupe les deux tiers des pharmaciens.

Moduler les entrées en formation de 20 % à la hausse ou à la baisse dès le début de période de projection aboutit à des effectifs s’éloignant du scénario tendanciel, supérieurs ou inférieurs de 13 % à l’effectif de l’ensemble des pharmaciens qui seraient inscrits à l’Ordre en 2050.

J. S.

Dans la même rubrique