Un été en demi-teinte

Economie de l’officine

La pharmacie peine à se remettre de la baisse d’activité pendant le confinement du printemps.

Publié le 10 septembre 2020

Un été en demi-teinte

La reprise tant espérée sur ces derniers mois n’y est d’ailleurs pour personne. Du côté des médecins, les consultations n’ont pas repris (-7% en juin, -2% en juillet, -5% en août, source : GERS). Par conséquent, les ventes de médicaments remboursables sur prescriptions de ville sont en berne (0% sur les trois derniers mois écoulés, source : GERS). La pharmacie ne doit une timide et progressive reprise de son activité (+2%) qu’au chiffre d’affaires (CA) issu de la prescription hospitalière (+6%) et à l’activité conseil (+4%). Le fait que les Français ne soient pas partis en vacances à l’étranger ne change rien à l’affaire : le trafic en officine est en baisse de 3% sur le plan national, avec un record à Paris (-20%). Il faut espérer que la cadence de la reprise s’accélère à la rentrée car sinon, il sera difficile d’effacer dans les comptes des officines les baisses de CA de -7% de la semaine 12 à la semaine 19 (mi-mars à début mai) et de -4% de la semaine 20 à la semaine 26 (mi-mai à fin juin).

Sur le plan de la fréquentation, les pharmacies rurales et dites « éthiques » sont en avance sur toutes les autres avec une fréquentation sur ces trois mois respectivement stable (0%) ou en légère involution (-1%).

Avec le Covid-19, des segments d’activité ont connu des fortunes diverses : avec le renforcement du lavage des mains, le marché des gastro-entérites est l’une des grandes victimes de l’été (-37% en nombre de cas), de même que les ventes de répulsifs et protections anti-insectes (-8%) avec la diminution des voyages. A l’inverse, la dermocosmétique, portée par les ventes de gels hydro-alcooliques, progresse de 4% en volume.

J. N.

Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe
  • Actualités
  • Actualités
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe