S’organiser pour sortir gagnant

Interprofessionnalité

Les enjeux de l’exercice interprofessionnel sont cruciaux. Les officines doivent se préparer : c’était l’objet d’une conférence organisée par le groupement d’experts comptables CGP.

Publié le 18 juin 2020

S’organiser pour sortir gagnant

Les enjeux de l’exercice interprofessionnel sont cruciaux pour améliorer la prise en charge des patients, transférer les soins de l’hôpital vers la ville, améliorer l’efficience. « Le métier d’officinal passe de la dispensation de médicaments à la dispensation de soins et la pharmacie devient le premier recours dans le parcours de soins des patients » observe Joël Lecoeur, expert-comptable au Havre et président de CGP lors d’une conférence sur « Préparer la pharmacie à l’interprofessionnalité » organisée par le groupement d’experts comptables CGP (Conseil, gestion pharmacie). Le modèle économique est en train de changer : la place des honoraires dans la rémunération du pharmacien est passé de 40% en 2019 à 70% en 2020. « Toutefois peu de pharmaciens se lancent dans des actions coordonnées entre professionnels de santé arguant d’un manque de temps, d’espace, de retour sur investissement… Mais la vraie difficulté est un défaut de communication entre professionnels de santé, analyse Joël Lecoeur, et la crainte d’une concurrence ». Pourtant il identifie de nombreux atouts pour tous les acteurs. Les officinaux engagés dans l’interprofessionnalité peuvent devenir pharmaciens correspondants, fidélisent leur patientèle, s’imposent dans le MAD, attirent les jeunes… « En revanche il y a un risque économique à ne pas s’engager » met en garde l’expert-comptable qui préconise de mettre en œuvre un plan d’action construit et réfléchi au sein de l’officine pour s’adapter et travailler efficacement avec les prescripteurs environnants.

 

Légère régression de la marge en 2019

Cette conférence s’est déroulée à l’occasion de la présentation des statistiques professionnelles de la pharmacie 2020, d’après les bilans 2019 de près de 1800 officines réalisés par les experts-comptables CGP. Parmi les officines étudiées, 47% sont sous forme de SEL et 99% des reprises sont réalisées sous forme de SELARL. 2019 a connu un léger regain de chiffre d’affaires à + 2,28% grâce, en grande partie, aux honoraires et aux prestations de services. « Mais l’évolution du chiffre d’affaires est très variable selon la taille de l’officine et selon la zone d’activité : les plus belles progressions sont observées dans les gros bourgs » constate Bastien Legrand, expert-comptable CGP à Lille. En revanche la marge est en légère régression entre 2018 et 2019. « Les frais généraux et de personnel ont augmentés plus vite que la marge en raison de la mise en place des services » souligne l’expert-comptable.

J. S.

Dans la même rubrique