Un marché contrasté, selon le Gemme

Génériques et biosimilaires

Le Gemme (association de génériqueurs) fait un bilan de début d’année mitigé.

Publié le 18 février 2020

Un marché contrasté, selon le Gemme

Le marché des génériques n’a que peu évolué en 2019, grâce aux lancements il a connu une très faible progression de 1,3 % en volume et de 0,9 % en valeur en raison des baisses de prix (plus de 108 M€ l’an dernier). En 2019, le médicament générique pesait 920 millions de boîtes (38 % du marché pharmaceutique remboursable) et 3,615 milliards d’euros (19 % de ce même marché). Les prix baissent en moyenne de 4,5 % chaque année. Le prix moyen d’une boîte de générique est passé de 4,5 € en 2012 à 3,81 € en 2019. Le Gemme ne montre pas un grand optimisme pour 2020. L’association prévoit que, les échéances brevet aires (moins de 10 molécules sur l’année contre 35 en 2018 et une vingtaine en 2019) et le développement des volumes ne devraient apporter au marché des génériques qu’une centaine de millions d’euros (en PFHT). Et les « génériques hybrides » ne semblent pas encore prêts de prendre une place notable.

Côté biosimilaires, le marché est très dynamique avec 22 biosimilaires disponibles en ville (+ 69 % à 306 millions d’euros en 2019 et + 123 % en volume). Toutefois, le taux de pénétration des biosimilaires n’est que de 26 % en ville alors qu’il est de 61 % sur le marché hospitalier (471 M€ de CA en PFHT, 31 biosimilaires disponibles).

J. S.

Dans la même rubrique