Révisions de rentrée

Actualités estivales

L’été a été chaud... à tous points de vue. Retour sur les infos estivales.

Publié le 11 septembre 2019

Révisions de rentrée

Outre la gestion de quelques périodes caniculaires, vous avez subi les pénuries, encaissé l’annonce du déremboursement de l’homéopathie, entrevu la Loi de santé et son lot de nouvelles missions, découvert le visage de nombreux nouveaux élus…Et maintenant la campagne vaccinale contre la grippe pointe son nez et la mise en œuvre des Trod angines est en cours de négociation.

 

Un comité contre les pénuries de médicaments

La feuille de route contre les pénuries de médicaments de la ministre de la santé, Agnès Buzyn, présentée début juillet a mis en place un comité de pilotage. La première réunion prévue début septembre est déjà reportée à la fin du mois. Il associe l’ensemble des acteurs concernés et est censé apporter des solutions à ces situations récurrentes de ruptures de certains médicaments. La plateforme DP-ruptures est élargie à toute la chaîne de distribution (voir l’interview de Carine Wolf-Thal page 21). La loi de santé prévoit la substitution par le pharmacien d’officine des médicaments d’intérêt thérapeutique majeur en cas de rupture d’approvisionnement. 825 références étaient en rupture fin juillet.

 

L’homéopathie déremboursée à l’horizon 2021

Les médicaments d’homéopathie seront déremboursés à compter du 1er janvier 2021. Le ministère de la santé a suivi l’avis de la Haute autorité de santé (HAS) publié fin juin. Début janvier 2020, le taux de remboursement actuel de 30% passera à 15% « pour permettre aux patients, aux industriels et aux prescripteurs de s’adapter ». Les préparations magistrales seront également déremboursées. Quand aux enseignements de l’homéopathie, leur poursuite fait débat dans de nombreuses facultés de médecine et de pharmacie.

 

Deux fois plus d’agressions déclarées

Les données du Panorama annuel sur « La sécurité des pharmaciens d’officine » publié mi-juillet par l’ordre des pharmaciens constatent une forte augmentation des déclarations d’actes d’incivilité et de violence à l’officine entre 2017 et 2018. 336 déclarations d’actes d’incivilité (injures, menaces, vandalisme) et de violence (agressions physiques, vols à main armée…) à l’encontre des pharmaciens d’officine et des membres de leur équipe ont été enregistrées en 2018 soit une augmentation de 58% par rapport à 2017 (212 déclarations). La moitié concernent des injures et menaces. Le premier motif d’agression est lié aux refus de délivrance pour ordonnance non conforme (35 % des déclarations en 2018). Le vol concerne un quart des déclarations. La part des agressions déclarées liées aux stupéfiants (vol ou difficultés lors des dispensations) est en baisse, passant de 18 à 14,7 % de 2017 à 2018. Une fois sur deux, l’agresseur est connu de l’équipe officinale.

 

La loi de santé est promulguée

La loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé, surnommée « Ma Santé 2022 » a été publiée au Journal officiel du 26 juillet. Elle supprime dès 2020 la Paces (première année commune des études de santé) et le numerus clausus. Concernant les pharmaciens, elle prévoit la dispensation sous protocole de médicaments à prescription médicale obligatoire, la substitution en cas de rupture, la mise en œuvre du rôle de pharmacien correspondant qui pourra adapter les posologies et renouveler les traitements chroniques en coordination avec le médecin traitant, l’autorisation de prescrire des vaccins à prescription médicale obligatoire…

 

La loi de bioéthique en débat

Le projet de loi relatif à la bioéthique présenté le 24 juillet 2019 au conseil des ministres sera examiné par l’Assemblée nationale à partir du lundi 23 septembre. Parmi les principales mesures envisagées : l’accès à l’assistance médicale à la procréation (AMP), avec prise en charge par l’assurance maladie, pour toutes les femmes dont « les couples de femmes et les femmes non mariées », et ce en supprimant le « critère médical d’infertilité » ; l’ouverture de la possibilité d’une autoconservation des gamètes pour les femmes comme pour les hommes ; l’accès à l’identité des donneurs pour les enfants à leur majorité… « La révision des lois de bioéthique s’inscrit dans un contexte de sauts technologiques inédits, auxquels s’ajoutent des attentes sociétales fortes » indique le compte rendu du Conseil des ministres.

 

Les nouvelles orientations du DPC

Un arrêté publié le 1er août fixe les 238 orientations prioritaires du développement professionnel continu (DPC) pour les années 2020 à 2022. Le site de l’Agence nationale du DPC (ANDPC) détaille les fiches de cadrage pour chaque profession de santé. La prévention et la qualité des soins ainsi que la coordination des soins sont en première ligne.
L’arrivée des Trod angine à l’officine
Deuxième acte dans le champ du développement de la prévention et du dépistage à l’officine, après la vaccination antigrippale étendue à toute la France cette saison, les syndicats sont en cours de négociation des modalités de réalisation des Trod (tests rapides d’orientation diagnostique) pour l’angine. Objectif : améliorer la lutte contre l’antibiorésistance et la prise en charge des angines avec une dispensation des antibiotiques à bon escient. Reste à déterminer le montant de la rémunération, les conditions de fourniture des tests, le taux de remboursement (60 à 70%), la mise en place d’une clause de revoyure selon le prix du test, la durée et le contenu des formations, les moyens d’informer le médecin… pour une mise en œuvre prévue pour le 1er janvier 2020.
Lire l’article en pdf

 

Juliette Schenckéry

Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe
  • Actualités
  • Actualités
  • Je gère mon officine
  • Je m’informe