Tour du monde de l’interpro

Colloque Pharma Système Qualité

Les professionnels de santé doivent apprendre à travailler ensemble. Réflexions à partir des expériences de l’inter-professionnalité dans des pays francophones, à l’occasion du colloque 2018 de l’association PHSQ (Pharma Système Qualité).

Par , publié le 29 mai 2018

Tour du monde de l’interpro

Des représentants des pharmaciens du Québec, de Belgique et de Suisse sont venus partager leurs expériences, lors de la remise des certifications ISO 9001/QMS Pharma 2010, à 90 pharmacies, à Paris le 18 mai dernier. Près de 2350 pharmacies soit 11% des officines, sont déjà engagées dans ce process qualité. Le rôle des pharmaciens évolue dans ces différents pays francophones, avec un accroissement des échanges interprofessionnels.
Au Québec, un nouveau cadre législatif (la loi 41 du 20 juin 2015) autorise les pharmaciens à prescrire ou renouveler certains médicaments ou examens de laboratoire. Les patients ont adhéré puisque dès la deuxième année près de 680 000 actes pharmaceutiques ont été remboursés par l’Assurance maladie sur 8 millions. L’information du médecin est assurée pour chaque action.
En Belgique, les lois et arrêtés royaux de 2009 et 2014 ont octroyé aux pharmaciens des actions de prévention, de dépistage précoce et de suivi pharmaceutique dans le cadre d’une concertation médico-pharmaceutique avec pour enjeu de retarder la perte d’autonomie des patients souffrant de pathologies chroniques. Les patients désignent un pharmacien référent.
En Suisse des lois nationales et cantonales impliquent les pharmaciens dans les actions de prévention avec une orientation en cas de pathologies aiguës grâce à des arbres décisionnels validés ajoutés à la possibilité de téléconsultation d’un médecin si nécessaire, ainsi que pour un suivi des patients chroniques en ville ou en maison de retraite.
En France, entretiens pharmaceutiques, bilans de médication, expérimentation de la vaccination sont les prémices de l’implication des pharmaciens d’officine dans une politique de prévention en interprofessionnalité. Toutefois le chemin est encore long pour sortir des querelles d’intérêts catégoriels et de la segmentation ville/hôpital et entre les différents professionnels de santé libéraux. Et le nerf de la guerre reste la rémunération des professionnels de santé ont rappelé Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’ordre des pharmaciens et Pierre-Louis Druais, président du Collège National de médecin générale. « L’objectif reste l’amélioration de l’accès aux soins pour les patients » souligne-t-elle.
Malgré les embûches et les freins, Laëtitia Hible, présidente de Pharma Système Qualité insiste sur l’intérêt de les lever ensemble, en prenant le temps des échanges entre professionnels, comme dans la démarche qualité.

J. S.

Dans la même rubrique