Pourquoi se lancer ?

Bilans partagés de médication

Depuis le 1er janvier 2018 vous pouvez proposer à vos patients concernés un Bilan partagé de médication. Près de 3,9 millions de patients correspondent aux critères, ce qui représente environ 180 patients par officine. Avez-vous commencé ?

Par , publié le 20 février 2018

Pourquoi se lancer ?

L’avenant n°12 de la Convention pharmaceutique signé, le top départ est donné pour les bilans partagés de médication. Mais après les couacs du règlement de la rémunération des entretiens pharmaceutiques anticoagulants et asthme, avec les retards de mise en place de la plateforme Ameli pour enregistrer les patients, la dynamique est-elle au rendez-vous pour se jeter à l’eau et entrer au plus vite dans le processus ? Les raisons de se lancer décrites par les patients, les spécialistes de la prise en charge des personnes âgées, vos représentants… Témoignages et étude à l’appui.
Lire l'article
De plus, le deuxième volet d’une étude menée par les étudiants de 6ème année en pharmacie dans six régions sur l’intérêt d’entretiens gériatriques à l’officine (EGO2) livre ses premiers résultats. De quoi conforter les bilans partagés de médication.
Lire l'article

Juliette Schenckéry

Dans la même rubrique